Le ramadan ?



Le ramadan ou jeûne, l’un des cinq piliers de l’islam, est observé du lever au coucher du soleil. Les malades, les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants pré-pubères et les personnes âgées en sont dispensés. Pendant 28 jours, les autres musulmans pratiquants s’abstiendront de boire et de manger du levé au couché du soleil. Ce qui n’est pas sans conséquences sur l’organisme. Au-delà des problèmes de poids, le jeûne peut provoquer des troubles du sommeil.

Les conséquences du ramadan

Quoiqu'en disent les musulmans, le ramadan n'est pas sans conséquences négatives pour l'organisme.

Des chercheurs ont calculé une diminution du temps de sommeil de deux à quatre heures, ainsi qu’un sommeil court et fractionné. Sur un mois, un véritable déficit de sommeil réparateur risque de se développer, mettant les nerfs à rude épreuve... Les médecins recommandent de ne pas se coucher trop tard, même si les repas familiaux invitent à la veille !

Ceux qui connaissent bien les musulmans ne seront pas surpris de constater une montée de l agressivité de gens normalement calme pendant ce mois. Cette montée de l agressivité a des conséquences néfastes sur toute la vie sociale de ceux qui sont en contact avec ceux qui pratiquent cette tradition

Le jeûne induit une déshydratation et une aggravation de certaines pathologies (comme l’ulcère digestif, le diabète, les pathologies rénale, hépatiques et cardio-vasculaires). Les malades ne sont pas censés pratiquer le jeûne, mais ils sont nombreux à vouloir malgré tout le respecter. Or, le jeûne entraîne une fragilisation de l’organisme malade, et de nombreuses personnes sous traitement ne respectent plus leurs prises médicamenteuses, sous prétexte que l’absorption par voie orale d’un médicament durant la journée rompt le jeûne...

Trois experts marocains pointent dans le British Medical Journal, daté du 2 octobre 2008, que les patients ont tendance à « modifier arbitrairement les heures de prise de médicament, le nombre de doses, la durée entre les prises et même la quantité totale de médicaments durant le mois de ramadan ». 

Le ramadan a également des conséquences médicales importantes dans le domaine hormonal, avec des hypoglycémies fréquentes, surtout dans les premiers jours du jeûne, dans le domaine de l’hydratation, avec des urines plus concentrées et moins abondantes, sur le transit intestinal, avec l’apparition de constipation, et dans le domaine psychologique, car "le jeûne est une contrainte que l’esprit impose au corps", explique le professeur Larbi Abid, médecin algérien, chroniqueur sur le site Santé Maghreb .

Conclusion :
Quand les prescriptions d’Allah mettent en danger la santé de ses adeptes, on peut se demander si Allah leurs veut réellement du bien : Crises cardiaques, accidents cérébro-vasculaires, comas diabétiques, indigestions, déshydratation font aussi partie de la fête du Ramadan et dans les pays musulmans les hôpitaux sont débordés durant le ramadan.

1 commentaire:

  1. Marrant ça !Je suis en train de lire ceci en bouffant un chips (paprika) ! Je ne saurais pasn m'en passer 28 jours ... Nom de dieu !!

    RépondreSupprimer